Diagnostic: clinique chronique

Dans Les p'tites vites, Montées de lait by Yannick Dion2 Comments

Voici un texte adapté de mon histoire d’attente relatée sur mon statut Facebook dernièrement. C’est un peu long, comme mon attente. Mais rien de comparable à celle de mon ami Marc qui est sur une civière à l’urgence depuis… 4 jours. Je lui dédis ce texte. Lui, il pourrait nous écrire un roman avec tout ce qu’il voit, j’en suis sûr! Prompt rétablissement Marc!
————–
08 :40. Ok. Je dois me présenter dans une clinique pour un truc bénin car il faut que je vois un médecin. Constat étrange sur notre réseau: selon le répondeur, la clinique ouvre à 9h. J’arrive à 8:40 mais… déjà ouverte. Je suis 24e. WTF? Quand y disent 9:00 pour l’ouverture, ça veut dire quoi???
09:20: On m’appelle!! C’est pour m’inscrire bien sûr pas pour voir déjà le médecin. Tiens, de 24eme, je suis devenu le 27e sur la liste. Ah ben.
Le médecin n’a toujours pas appelé personne. Hum, je répète ma question: ça veut dire quoi ouvrir à 9:00?
9:25. il en appelle 5 d’un coup! À suivre.
09:38. Je demande à la gentille mais désabusée réceptionniste: « Madame, 27eme… Est-ce que je devrais revenir ce PM? ». Elle de me répondre sur un ton neutre : « Vous risquez de perdre votre place. Le médecin de ce matin a un rythme assez rapide. Celui-ci de cet après-midi, un rythme plutôt lent ».
Ok, si je comprends bien la suite des choses : ce matin, j’attends de voir si ça va assez vite pour me passer et ce PM j’attends parce que ça ira lentement pour me passer? Oh quel beau dimanche s’annonce. Une chance que j’ai mon iPhone. Comme je suis prévoyant, j’ai apporté le chargeur.
10 :11. ‎72%. C’est ma batterie de iPhone ça. Je suis curieux à savoir jusqu’où elle va descendre avant qu’il appelle d’autres gens. Si je fais un petit calcul… Il a appelé 5 personnes à 9:25, c’était environ 20% des gens avant moi. Il est 10:05 et il n’a pas appelé personne d’autres. Donc, si je divise tout ça par le pourcentage de ma batterie, multiplié par le nombre de faces à boutte et de toussotements au carré, ben j’estime que je devrais passer vers … Je sais pas. Mais même avec un iPhone, l’attente est plate en maudit pis j’ai pas grand chose d’autre à faire que d’écrire des niaiseries. Ma batterie : 69%… Mon espoir aussi.
10 :15. J’ai un peu peur. Je suis ici pour un suivi de ma visite du 31 où le médecin était lent, très lent. Le médecin que je vois passer? C’est celui du 31. Et la dame disait qu’il avait un rythme rapide… Euh, mon espoir fond plus vite que ma batterie de iPhone.
10 :21. Oh! Mon espoir renaît! Il appelle 8 autres personnes. Vais-je être un Élu ce matin? Je vais sortir mon chapelet. Oups, bien sûr, j’en ai pas. Est-qu’il y en aurait un pour mon iPhone dans le AppStore ?
10 :43. Ah ben maudit. Le AppStore ne cessera jamais de m’impressionner et la religion non plus. J’ai trouvé plusieurs applications pour les chapelets, à toute sortes de prix. Qui a dit que la religion catholique était rétrograde? Je ne sais pas ce que Jésus dirait du par contre… Euh, je viens juste d’aller voir pour le fun: il y a une application « iJesus », je pourrais lui demander. Anyway, j’ai pas pris de chance, j’ai downloadé un chapelet gratuit. Faut c’qui faut.
11:35. Pas de nouveaux appelés. Ma batterie est à 39%. J’ai pas écris, j’ai pris mon mal en patience pis j’ai joué.
Je ne me considère pas trop malchanceux. La clinique est propre… Et je ne suis pas à l’urgence, ou avec un enfant malade ou une douleur atroce.
J’ai le syndrome de l’autobus… Plus ça fait longtemps que tu attends, tu te dis que tu peux pas partir parce que l’autobus va ben finir par arriver. Alors, t’attends encore au cas qu’elle arrive. Et tu pries avec ton iChapelet.
12 :36. Je suis quelq’un capable de prendre les choses avec philosophie mais y a des maudites de limites. Ce matin, à 8:45, je demandais à cette charmante réceptionniste (à qui c’est pas la faute et qui doit en avoir marre de se faire chialer dessus): « je pourrais retourner chez moi et revenir vers midi ». « Ne vaut mieux pas monsieur! ». Ben y est midi et demi pis je suis pas à veille de passer. Là, je suis à boutte et OUI, j’ai dû ploguer mon iPhone parce que la batterie allait mourir.
Notre réseau est vraiment malade. On est supposés faire quoi pour voir un médecin? C’est la faute à qui tout ça et quelles sont les solutions? Je sais pas. On évite de consulter parce que c’est long, pis on se ramasse à engorger les urgences! Je pense vraiment qu’on est collectivement dans la schnoute.
Je vais continuer de prier iJesus.
‎13:00. Résigné, je commence à me tourner vers le positif. Voici quelques solutions pour améliorer la situation pendant qu’on attend.
-des cantines mobiles qui viennent faire un tour pour éviter qu’on crève de faim,
-des calmants distribués gratuitement pour éviter qu’on se couche en petite boule pour brailler ou qu’on saute à la gorge de n’importe qui,
-des clowns pour nous divertir ou divertir les enfants. D’ailleurs, le gouvernement n’avait pas un projet de même pour les personnes âgées? Recyclez-les dans les salles d’attente
-des Kinect de X-box : ça va nous garder en action et la santé publique sera contente, on va bouger plus.
-des jeux darts, avec la face de Charest ou autre mal aimé au milieu. Ce serait mieux que des calmants.
-des civières tiens! Dans les cliniques, ça nous fera des lits.
-pis bien sur, y devraient nous fournir les poignées dans le dos.
13:53 : Une voix rauque avec un accent appelle mon nom… Est-ce un ange? Est-ce que je serais l’Élu? Enfin? Ou n’est ce qu’un appel pour ne rapprocher du bureau avec 4 autres futurs élus? Non non, je ne rêve pas! C’est lui, ce médecin tant attendu, et… et… et il me fait passer directement dans son bureau! Je suis béni! Je suis heureux! Plus rien n’a d’importance, tout est pardonné! Merci Marie, iJesus et Joseph Charest! Enfin, j’ai un temps à moi seul avec un médecin. Je pense lui expliquer mon problème, je pense qu’il comprend car il me parle de plein de choses que je ne suis pas sûr de tout comprendre. Les voix du médecin sont impénétrables.
Je quitte rapidement avec deux ou trois conseils, une prescription et une neuvaine à réciter. La tête qui tourne encore un peu de ses hypothèses, je m’estime chanceux d’avoir eu ce 7 minutes si précieuses en sa compagnie. Il m’a bien servi, il s’est bien questionné. A-t-il la réponse? J’ose l’espérer. Je crois en lui. Au fond de moi j’espère un miracle car je prie à ne pas avoir à refaire tout ça une autre fois.
Fin. De l’attente. Alléluia.

Berzin / Pixabay

Commentaires

  1. Ton récit de ton chapelet est formidable…j’ai bien ri…c’est ça le petit bonheur c’est lorsque je lis tes textes, la description de tes sujets est tellement bonne..juste pour ce temps je te voyais et encore une fois j’ai bien ri….

Commentez :)