Pis à soir, j’ai réparé mes bas troués

Dans Les p'tites vites, Sans catégorie by Yannick DionCommenter

À soir, j’ai réparé mes bas troués.

Même si l’autre fois, je disais que ça devrait pas être grave de sortir avec des bas troués pis qu’on devrait se contre-câlisser du juge intérieur?

Ben oui, je les ai réparés quand même.

Je suis comme ça moi, plein de contradictions.  Pis je m’aime de même. La plupart du temps.

Parce que j’étais tanné de chercher tous les matins lesquels de mes bas n’étaient pas troués.

Parce que j’étais écoeuré de me sortir l’orteil par le trou de bas.

Pis tanné de me demander si je prenais le méga-risque, ce jour-là, qu’on me voit les trous de bas.

Faque à soir, j’ai réparé mes bas troués.  Je sais, on dit « repriser » et on dit « CE » soir.

Faque, ce soir, j’ai reprisé mes bas troués.

Même si c’était samedi soir.

Même si je me sentais un peu loser de pas avoir rien d’autre à faire, et un peu loser de pas avoir envie d’avoir autre chose à faire.

Et loser de passer… sérieux, j’ai pas calculé… mais genre deux heures sur cette affaire-là!

Parce que oui j’ai beaucoup de paires de bas. Et que oui, y avait quand même beaucoup de trous dans mes beaucoup de paires de bas.

Ok ok, oui j’ai écouté des vidéos de développement personnel sur youtube en même temps pis j’ai chatté à deux amis aussi. C’est peut-être pour ça que ça été plus long, j’avoue.

Faque à soir, j’ai regardé mes trous de bas en pleine face, pis ils m’ont regardé en pleine face aussi.

Pis vous savez ce qu’ils m’ont dit?

Ben… Rien! Y parlent pas mes bas! Come on.

Mais! J’ai réglé le problème.

Et j’en suis comme fier.

Parce que je voulais pas les jeter ces bas.  Parce que je les aime tous.

Pis parce que je ne voulais pas non plus céder à la tentation d’en racheter des nouveaux pis de contribuer à notre frénésie collective de consommation sans fin.

Faque je suis fier de ne pas avoir écouté les jugements qui ne me trouvaient pas assez glamour pour un samedi soir.

Pis de ne pas avoir écouté les autres jugements où j’entendais un ami me dire quelque chose du genre « Voyons ciboire, t’as pas d’argent pour t’en acheter des nouveaux? Franchement! »

En fin de compte, à soir, j’ai fait ben plus que repriser mes bas troués.

J’ai reprisé mon coeur.

Eille. Wo. Eurk. Pousse, mais pousse égal! C’est ben quétaine ciboire!  Là, t’exagères !!

Oui, j’exagère.  J’ai pas reprisé mon coeur pantoute! Voyons, j’ai juste reprisé mes bas bâtard.

Mais quand même, à soir, en plus d’avoir respecté mes valeurs, j’ai juste étonamment pris plaisir à faire une toute petite tâche simple.

Et je me suis concentré sur autre chose que de penser au sens de la vie.

Ouin bon, c’est pas tout-à-fait vrai. Parce que pendant que je reprisais mes bas troués, je me suis dit que justement, des fois, c’est juste ça le sens de la vie.

Faire de quoi de simple. Un samedi soir. Tout seul. Sans se juger.

Pis être content et un peu fier de l’avoir fait.

C’est con. Je le sais.

Pis c’est de même.

Parce que, je vous l’ai tu dit?

À soir, j’ai reprisé mes bas troués.

Pis j’ai un texte pis des photos pour le prouver.

 

_______________________________

Vous aimez mes textes? Partagez-les, je vous en serai reconnaissant éternellement (on se calme) 🙂

Commentez :)