La bienveillance coup de pied au cul

Dans Pour se pousser plus loin, Sans catégorie by Yannick Dion2 Comments

Des fois je m’énarve royalement.

Comme là. Depuis 3-4 semaines.

En attente. De vraies réponses. De solutions. De motivation. De positif. De toute pis de rien. De quelque chose.

Insatisfait. De plein de choses. Tsé comme:

  • trouver ma vie plate, mais pas faire grand chose pour la changer
  • vouloir quelque chose de plus, mais sans savoir quoi exactement
  • trouver que j’ai pas assez d’activités mais pas en essayer des nouvelles
  • voir tout ce qui ne va pas super bien au lieu de voir ce qui va pas pire bien
  • sentir le manque de quelque chose mais pas voir le plein que j’ai
  • vouloir connecter plus avec les gens mais m’isoler

Je vous l’ai dit: maudit que je m’énarve dans ce temps-là!

Pis plus ça dure, pire c’est on dirait.  Un tourbillon vers le bas dangereux, qui mène aux idées noires.  Je suis déjà passé par là.

Hier, c’était le boutte du boutte. Le genre de journée où je voulais juste me coucher en dessous d’une couverte pis rester là. Pis c’était pas pour me cacher de la tempête de neige.

Non, je me sentais comme si j’avais pas de pouvoir sur ma vie.

Comme si j’étais juste victime de ce qui m’arrive et que je ne pouvais rien faire.

Victime des réponses que j’attends mais qui n’arrivent pas. Victime de mon célibat. Victime de ma vie que je trouve plate.

Pis le pire, c’est que hier, c’était rendu que je me sentais victime de me sentir victime!

Eille, bâtard, y a toujours ben des limites!

C’était comme si j’avais oublié que je peux cesser d’être victime quand mon sentiment de victime prend le dessus!

Faque ce matin, j’ai réalisé que le chouchoutage et la bienveillance envers moi-même, dans ce genre d’état, ben ça donnait pas grand chose.

C’est trop facile de tomber dans la complaisance pis de rester amorphe pis de rien changer. C’est trop facile de rester victime d’être victime. À un moment donné, ça prend aussi autre chose: ça prend de la bienveillance coup de pied au cul.

Ça prend que je me dise en pleine face :

« C’est correct de te sentir malheureux mon chéri d’amour, je comprends… Mais là, câlisse, agis. Arrête d’attendre après quelque chose pis fais n’importe quoi fais quelque chose!  Sors de ta léthargie ou change ta perspective! Mais y a toujours ben un crisse de boutte, joualvert. »

Bon, je ne me suis pas dit ça de même de même là là mais ça reflète bien l’esprit de la chose.

Faque ce matin, j’ai commencé à reprendre un certain contrôle.

Parce que c’est vrai que j’ai pas le contrôle sur toute mais c’est pas vrai que j’ai pas de contrôle pantoute!

Si ça me plaît pas, y a juste moi qui peut faire quelque chose. J’ai juste à décider autrement et prendre en main ce qui m’appartient et ce que je peux changer. Pis pour le reste, ben fuck it, je peux rien y faire.

Faque ce matin, j’ai commencé à reprendre mes responsabilités.

Je me suis redonné du pouvoir. En fait, je me suis RAPPELÉ que j’avais mon pouvoir. Parce qu’il était jamais parti. Il devait juste s’être caché en dessous de la couverte faut croire.

Parce que pour chasser le sentiment d’être victime, il y a rien de mieux que d’assumer le pouvoir qu’on a :

  • Le pouvoir de voir le bon dans ma job même si c’est plus rough ces temps-ci
  • Le pouvoir de savourer un marche dans le frette et dans les rues enneigées même si l’hiver est arrivé tôt en ta
  • Le pouvoir de lâcher-prise sur les réponses que j’attends
  • Le pouvoir de changer ma perspective sur certains aspects de ma vie
  • Le pouvoir de créer l’impact que je veux autour de moi au lieu d’attendre qu’on le crée pour moi
  • Le pouvoir de planifier ce que j’aimerais faire pour m’apporter plus de joie. Et le pouvoir de le faire ensuite.
  • Et surtout le pouvoir d’arrêter d’être victime d’être victime!

Finalement, c’est juste le pouvoir de juste prendre mes responsabilités sur ma vie.

Avec bienveillance et grands coups de pied au cul quand nécessaire.

À répétition.

_____________

Vous avez aimé ce texte? Partagez-le à quelqu’un! Y a des boutons de partage juste ici en bas!

Commentaires

  1. Un texte dans lequel on se retrouve, super bien écrit, tu es vraiment doué pour ça ! La vie est faite de tellement de phases! Bientôt tu seras dans une autre… plus positive!
    Tu es un fabuleux optimiste rayonnant, j’ai aucun doute que tu vas te sortir de cette phase d’insatisfaction constante très vite <3 bisou mon Yaya !!

    1. Author

      Ha! Merci Cécile! Content que tu aies aimé. Écrire me force à m’engager et me sortir de mon inaction. Content que tu t’y retrouves aussi! Gardons l’optimisme ensemble 🙂

Commentez :)