Cesser de chercher un peu

Dans J'ai une théorie, Les p'tites vites, Pour se pousser plus loin by Yannick Dion1 Comment

L’autre jour, j’étais avec un bon ami.  Tsé, quelqu’un que je connais depuis 20 ans, pis avec qui on jase toujours de toute, de rien, de nos cheveux, de séries, entrecoupé de jases sur notre bonheur, ou petits malheurs, pis du sens de la vie ben ben deep aussi.

Faque. À un moment donné, on parlait de j’sais pu trop quoi mais ça avait un lien avec les habitudes mentales pis y me dit quelque chose du genre : « Oh moi, pour dédramatiser quand je vais trop loin, j’applique encore tout le temps le truc que tu m’as donné à un moment donné.  Ça marche ben au boutte! ».

Et moi de lui répondre « Hein? Kessé que j’ai dit encore moi? De quel truc tu parles? ».

Et il me l’a réexpliqué.

Et, asti, faut le faire, mais là, ici, maintenant, en train d’écrire ce texte, ben je ne m’en rappelle même plus du bon truc que je lui ai donné.

Pis ben justement, c’est ça le but de mon texte.

J’ai réalisé quelque chose de ben important avec cette jasette: pour certains d’entre nous (genre moi), on peut se rendre tellement addict à trouver des solutions ou des nouvelles théories/hypothèses/exercices qu’on en oublie de juste répéter les bonnes qui marchent bien.

Je réalise que c’est comme si chaque solution n’était « pas assez » on dirait. Comme si je voulais toujours trouver LA nouvelle solution, qui va enfin régler LE problème, une fois pour TOUTES.

Sauf que c’est comme une drogue.

Une fois que j’en trouve une qui marche, mon cerveau en cherche une autre pour le buzz!

Il doit ben y en avoir une meilleure, qui va me pousser plus loin, encore, pis que celle-là, elle va me rendre vraiment heureux une fois pour toutes.

Le high des high! L’illumination, enfin! Wouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!

Faque je me retrouve avec 8399.6 outils dans mon tout petit coffre d’outils, dont la majorité servent à la même crisse d’affaire mais je suis jamais capable de trouver le bon parce que mon coffre Y DÉBORDE PIS C’EST LE BORDEL de trouver quelque chose là-dedans, bâtard.

Je sais pas trop, mais je commence à penser qu’y a comme une pogne quelque part.

Y a de quoi qui fait exprès pour me compliquer la vie, pis ce quoi là est probablement ma propre petite tête en plus.

Pis le pire, c’est quand je repense à mes outils et exercices, y reviennent souvent toute à la même esti d’affaire: nos pensées créent notre réalité, pis comme nos pensées sont juste dans notre petite tête et qu’on peut les changer, ben c’est par d’autres pensées qu’on peut faire le switch.

Faque peut-être que l’important, c’est de trouver UNE (ou trois max, mettons) affaires qui nous font automatiquement et rapidement switcher vers une perspective positive et dédramatisante.

Pis se la répéter souvent.

Plusieurs fois par jour s’il le faut.

Comme mon ami fait.

C’est pas tant si compliqué que ça non?

Faque bref, d’ici quelques jours, je vais me recentrer et lister 3 phrases max qui ont cet effet positif et apaisant sur moi. ET PAS ESSAYER D’EN TROUVER MILLE AUTRES. Pis me les répéter souvent. Pis arrêter de chercher un peu.

Parce que je suis tanné de chercher ce que j’ai fort probablement déjà trouvé pis que j’ai déjà en ma possession mais que j’ai juste reperdu à force de chercher pis de trouver autre chose.

Y a toujours ben des limites à se rendre compliqué ce qui peut être simple, non?

____________________________________

Faque vous, mes lecteurs, avez-vous des petites phrases ou pensées ou trucs que vous vous répétez et qui vous font faire un switch automatique?  J’aimerais bien les connaître, histoire de remplir encore plus ma boîte à outils LOL.  Ben non. Juste parce que c’est le fun de partager entre nous.

Et merci de m’avoir lu et de partager si vous avez aimé :). Y a des petits boutons sous le texte pour ça!

Si vous aimez mon blogue, abonnez-vous en haut à droite ou suivez-moi sur ma page facebook fb.me/matete.yannickdion

Commentaires

  1. Je suis amour en inspirant, je suis en expirant. ❤️

Commentez :)