Hochelaga mon amour (ou comment acheter localement peut nous changer)

Dans Leadership by Yannick Dion13 Comments

Déménager, c’est une fichue de belle opportunité de faire autrement. Comme toutes nos habitudes ont sacré le camp anyway, ben c’est justement le temps d’en essayer des nouvelles.

Quand je suis déménagé dans « Hochelag’  » y deux mois, j’ai pris la décision que j’allais tout faire pour aimer et encourager mon nouveau quartier.  Ça a commencé par une petite décision : acheter « local » le plus que je pouvais. Même si des fois ça pouvait me coûter un peu plus cher.

Alors le soir en revenant de travailler, au lieu de m’arrêter dans une épicerie anonyme, ben je parke mon char en face de chez nous, je pogne mon sac-à-dos pis je marche pour aller faire mes commissions sur la rue Ontario.  C’est bon pour l’environnement, c’est bon pour la ligne, pis c’est comme une aventure comme quand j’explore une ville de vacances.

Au fil des semaines, j’ai découvert « Papaye et mangues » petite fruiterie où la caissière chantait « All about that Bass » l’autre jour (et à laquelle je me suis bien sûr joint pour chantonner un peu). Je me rends fréquemment chez « Antidote »  le nouveau commerce 100% vegan, aux jeunes proprio super sympas Charles et Élyse (et ce même si je suis juste « vegan friendly« ). Ou encore chez « Arhoma », la super pâtisserie aux desserts délicieux (ok, là, j’essaie de NE PAS me rendre trop souvent, ma dent sucrée enlèverait tous les bénéfices de la marche). Ou encore chez « Aliments Merci » pour mes noix et autres trucs en vrac… Et j’en passe.

Ma décision n’a pas touché que les commerces.  J’ai aussi décidé de prendre un cours chez Rayon de yoga (avec la pétillante Audrey, une vendue à Hochelag’) juste parce que c’était près de chez moi. Et maintenant, je passe à l’essai pour certains cours de groupe du YMCA pour les prochains mois. À suivre.

Bref, l’idée était simple: si je peux l’acheter ou le faire proche de chez nous, c’est là que je vais.

Et vous savez quoi? Au début, je l’ai fait un peu par principe… Parce que je suis de même moi, un gars de principe.

Mais je n’avais pas soupçonné que de marcher son quartier, ça oblige à prendre le temps de le regarder aussi. Et c’est là que lentement mais sûrement, je me suis fait prendre au piège.

De « par principe », je le fais maintenant parce que je trippe. Parce qu’Hochelag’ a commencé à me rentrer dans la peau. Parce qu’Hochelag’ mérite qu’on s’y attarde et qu’on s’en occupe (Comme n’importe quel quartier d’ailleurs).

Hochelag’, c’est un mélange de toute toute toute. Des coins branchés aux coins un peu… débranchés mettons.

C’est pas parfait et c’est exactement ça que j’aime ici.  C’est vivant. C’est vrai.

Deux mois plus tard, je suis addict. Je ne peux plus m’en passer. Des fois, je me trouve une commission insignifiante à faire, juste pour marcher et découvrir un nouveau coin. Et un quartier, plus on l’habite, plus il finit par nous habiter.

Ma mère de 78 ans, en visite, me disait en marchant : « C’est drôle comme ça me rappelle quand j’étais petite ici… ». Wow, hé ben.

C’est sûr que c’est pas juste les commerces qui donnent une âme à un quartier, cela se fait en combinaison avec les gens qui l’habitent. Et justement, l’âme du quartier, elle est bonne en titi.

La décision de marcher autant m’a aussi fait prendre le temps de regarder les gens. Des visages familiers que je recroise, des liens qui commencent à se tisser, lentement, sûrement.  Ma marche surprenante le soir d’Halloween restera gravée dans ma mémoire pour bien longtemps.

Et oui, le monde d’Hochelag’, c’est aussi un mélange de toute toute toute.  Et ça aussi c’est vivant, c’est vrai. Pis quand on prend le temps de regarder comme il faut, y a de l’entraide en masse ici.  Pis j’oserais même utiliser le mot tabou « amour » tant qu’à y être.

Bref, ici on se sent bien.

Être leader, c’est de choisir consciemment l’impact qu’on veut avoir autour de nous. D’habiter vraiment mon quartier m’a aussi fait réaliser que si je veux un quartier avec une bonne vibe, j’ai aussi la responsabilité d’apporter de la bonne vibe dans le quartier.

Faque ça doit être pour ça que je prends mes marches avec un si gros sourire étampé dans face astheure… C’est du donnant-donnant.


Et vous chers lecteurs, quelle est la vibe de votre quartier?

Et comment y contribuez-vous?

 

Copyright photo: Glorious Vintage.

Commentaires

  1. J’adore ton article. Il faudra que tu nous visites un peu au Café des Alizés!

    1. Author

      Merci Steeve. j’y pense (et je pense à vous) chaque fois que je passe devant et je jeté toujours un œil. Je ne suis pas encore allé m’installer dans des cafés mais c’est sûr que je vais aller aux Alizés quelques fois. Il est super bien situé en plus avec les super fenêtres et tout. Génial pour y passer du temps à regarder le quartier 🙂

  2. Moi’ssi j’vais partout où tu vas! Dans hochelag depuis plus de 3 ans déjà! 🙂

    1. Author

      On va bien finir par se croiser alors Martine. J’en conclue que tu aimes la vibe aussi alors! Bonne soirée!

  3. Beau texte, bravo 🙂 J’en profite pour introduire la rue Ste-Catherine, tout près d’Ontario avec ses belles découvertes assurées.

    1. Author

      Merci Gabrielle. Tu as tout-à-fait raison. Tellement de découvertes à faire selon nos quadrilatères d’habitation respectifs, faut se donner la peine! J’irai explorer ce coin là dans les prochaines semaines 🙂

  4. J’ai commencé à habiter le quartier en 1998, en tant qu’étudiante avec ben, ben des colocs. Exit le plateau, on s’en va dans Hochelag! Nous voilà en 2014 et j’y suis toujours. J’ai décidé d’y mettre mes pantoufles en-dessous de mon lit, d’y vivre réellement et d’y élever mes enfants. Des p’tits enfants d’hochelag.Je l’aime notre mixité socio-économique, les plus jeunes, les moins jeunes, les tranches de balloney à côté de le truite fumée pêchée dans le bas du fleuve, les montagnes de mégots à côté des plate-bandes fleuries, le sourire de Gabrielle Jaune et les sourires tout aussi chaleureux de la friperie le Carré, la p’tite pente du Parc Morgan où on peut glisser en hiver… Moi pis mes p’tits, on est pas prêts de partir! Au contraire. Au plaisir de te croiser, Yannick, si ce n’est pas déjà fait (nous, on se tient plus sur Ste-Cath… tu viendras nous voir par là, c’est aussi un beau coin! hihi!)

    1. Author

      Ah merci Janie de ce commentaire et de partager ton amour du quartier de si belle façon! Ça m’a ému de te lire :). Et c’est cool de voir comment des familles veulent rester ici. Au plaisir de te croiser en effet, qui sait?

  5. Ah pis Merci à Célia Foizon d’avoir partager votre texte sur son fil facebook. 😉

  6. Tu devrais aussi faire un tour a la boucherie Beaubien!!! L’accueil est familial!!

  7. Moi ça fait plus de 45 ans que je suis dans quartier Maisonneuve pis je l’ai vu dépérir pis renaître de nouveau avec les jeunes nouveaux proprio de condos qui a rapidement rehausser le quartier pis l’arrivée de tous les nouveaux excellents restos sur Ontario, Homa c’est le nouveau Plateau sans un maire débile pis je vais rester ici à jamais avant d’aller l’autre bord

    1. Author

      Haha Michel, tu m’as bien fait rire avec ton l’ « autre bord ». C’est le fun de voir des gens qui trippent sur leur quartier longtemps comme toi. C’est aussi ça qui fait l’âme d’ici. Merci du commentaire 🙂

Commentez :)