Dites assez aux pas assez!

Dans Pour se pousser plus loin by Yannick DionCommenter

Bon c’est officiel. J’en ai assez.

Oui oui, ASSEZ!  A-S-S-E-Z!  Bon.

J’en ai assez de quoi au juste?

Ben j’en ai assez des « pas assez ».

Allons, avouons-le collectivement.

Dans nos pensées pas si secrètes, on passe le plus clair de notre temps à se répéter des « pas assez »…

Qu’est-ce que ça donne? Ben des affaires de même :

  • J’fais pas assez d’argent, j’ai pas une assez bonne job, pas une assez grosse télé, pas une assez grosse… maison.
  • J’ai pas assez d’amis pis chu pas assez aimé et apprécié.
  • Chu pas assez grand, pas assez beau, pas assez fin, ou pas assez talentueux (ah tiens, ça sonne comme le saboteur ça!)
  • J’ai pas assez de temps, pis j’ai pas assez dormi.
  • Pis en plus,  j’aimerais que mes proches soient plus ci ou ça.  Ce qui revient à dire à l’envers qu’ils sont pas assez ci ou ça…

Oh, c’est vrai, des fois il faut se dire des « pas assez ». Pour se poussez plus loin.

Sinon, on n’avancerait pas.

Mais ce n’est pas de ça dont j’ai assez.

C’est la culture du « jamais assez » qui me rend sceptique.

Parce qu’à toujours se dire que ce qu’on a et ce qu’on est n’est pas assez, on se met dans un méga sentiment de manque.

Rien n’est jamais assez.

En cultivant les « pas assez », vous ne trouvez pas qu’on finit par :

  • oublier de savourer ce qu’on a de beau et de bon?
  • mettre nos proches constamment en échec puisque peu importe ce qu’ils font, ils ne seront jamais assez?
  • avoir honte de nous-mêmes parce qu’on est supposés être plusssss meilleurs, toujours plus?
  • être constamment en train de juger, soi-même et les autres, comme inadéquats et jamais assez?
  • vivre constamment avec le vague sentiment qu’il nous MANQUE TOUJOURS quelque chose? Quoi au juste? On sait pas, mais y manque quelque chose. Bon.

Ouf.  Que c’est assez essoufflant tout ça, non?

Alors, franchement, et si les « pas assez » avaient assez duré?

Et si on passait un peu plus à la culture du assez? Tsé, dire assez aux pas assez?

De quoi ça aurait l’air si…

  • si on savourait ce qu’on est, ce qu’on a, et qu’on se disait que c’est assez?
  • si on prenait les autres comme ils sont, en voyant qu’ils font de leur mieux, et que c’est assez?
  • si on était fiers et satisfaits au plus profond de nous, et on se disait : « Je suis assez et j’ai assez »?
  • si on décidait de s’améliorer et d’améliorer notre sort juste pour s’améliorer et non pas partir d’un sentiment de manque ou un sentiment d’être pas assez bon?
  • si se pousser un peu plus loin était un bonus, pas un rejet ou un jugement que ce qui est ici et maintenant n’est pas assez?
  • si quand on se dit que c’est pas assez, on prenait l’habitude de revirer tout ça à l’envers un peu. Et revoir le « jamais assez » avec la lunette du assez.

Qu’en pensez-vous?  Qu’est-ce que ça donnerait pour nous, pis pour les autres avec nous?

Au lieu du jamais assez, tsé, savourer.

Aimer. Être fier. Se pardonner nos défauts.

Et pardonner ceux des autres.

Vraiment.

Être assez heureux avec qui on est même si ce n’est pas parfait.

Juste assez.

Pas trop, juste assez.

Et surtout, cesser de se dire des « pas assez » qui nous mènent au « jamais assez » …

Et, là, juste là, je vous fais une confession.

En train de finir ce texte et juste avant de le mettre en ligne, je suis en train de me dire que mon texte n’est pas assez bon, pas assez touchant, que mon concept n’est pas assez peaufiné, qu’il ne plaira pas assez.

Et vous savez quoi?  Pour vous prouver que mes bottines suivent mes babines, ben je le poste quand même.

Parce que non, non, il n’est pas parfait.  Mais il est assez.

Allez, maintenant, c’est le temps de crier le sourire au lèvres : « Oui, c’est ASSEZ! »
_________
Vous avez aimé ce texte? Partagez le! Merci.

bohed / Pixabay

Commentez :)