Les vieilles alitées

Dans Les p'tites vites by Yannick Dion3 Comments

Parce que dans ma tête cette drôle de place y a pas juste des niaiseries, j’ai décidé de mettre ce texte en ligne même s’il détone de mon style habituel par son propos plus sombre… Il a été inspiré lorsque j’ai repensé aux derniers jours de ma grand-mère.

__________________________
Les vieilles alitées

Les vieilles alitées ont les yeux tournés au ciel, parfois calmes parfois affolées.
Les vieilles alitées ont le corps desséché mais le cœur gonflé d’espoirs cachés et de regrets insensés. Elles rêvent de leur vie, celle des non-dits, celle qu’elles ont eue ou qu’elles auraient voulu.
Les vieilles alitées pensent à leur jeunesse si vite passée où tous les possibles n’avaient qu’à arriver. Elles ressassent sans cesse les promesses entendues, qu’elles aient été tenues ou déçues.
Les vieilles alitées entendent la vie tout autour qui sans elles continue. Elles s’imaginent ces bonheurs inconnus et repensent à tous ceux qu’elles mêmes ont eus.
Les vieilles alitées comptent le temps qui passe et se refont une vie n’ayant plus rien d’autre à faire dans celle-ci.
Les vieilles alitées rêvent de leur vieil amour perdu et gardent ce dernier espoir de recevoir une dernière caresse ou un dernier baiser.
Les vieilles alitées n’ont qu’une envie en tête, celle d’être libérée de leur propre tête qui ne fait plus que penser.
Les vieilles alitées attendent patiemment qu’un ange, un médecin, ou même un passant leur reprenne cette vie dont elles ne veulent plus pour enfin quitter ce lit vers ce ciel espéré où tous leurs espoirs seront permis.

1662222 / Pixabay

Commentaires

    1. Tu m’a fait pleurer ce matin. Ta plume est magnifique, j’ai ressentis l’émotion de ces personnes 🙁

  1. Pingback: Vivre sans temps « Ma tête, cette drôle de place!

Commentez :)