5 réflexions et demi qui font croire qu’on peut tout avoir

Dans J'ai une théorie by Yannick Dion4 Comments

Ces temps-ci, j’ai la tête plein de projets.  Pis j’ai le goût de tout avoir, de tout réussir.

Alors, ma question du moment c’est : « On peut tu toute avoir dans vie? »

Sincèrement, je pense que oui. Comment on y arrive?

Ché pas trop.

Mais je peux au moins vous partager mes 5 réflexions et demi qui me font croire que c’est possible.  Parce que pour y arriver un jour, faut d’abord commencer par y croire.
Réflexion 1 : pour tout avoir, faut commencer par… apprécier ce qu’on a déjà.

Euh, quoi?

Ben, si on ne prend pas l’habitude de savourer ce qu’on a, on ne réussira jamais jamais à tout avoir.  Parce peu importe ce qu’on aura, on sera toujours toujours insatisfaits.  Parce que ce sera jamais assez.

Faque c’est pour ça qu’il faut commencer par apprécier ce que l’on a, pour un jour tout avoir.

Réflexion 2: on peut tout avoir, mais pas à 100% partout.

Vouloir avoir la job super à 100%, les relations familiamicales super à 100%, la maison super à 100%, c’est selon moi une bonne façon de se diriger directement dans le mur, comme mon chat Tango pas de griffes qui glisse sur le plancher en courant après un laser rouge qu’il ne pourra jamais attraper.

Parce qu’atteindre 100% partout, c’est impossible. En plus,  qu’est-ce qui arrive si on atteint seulement 89.17% alors qu’on voulait 100%? On aura comme un sentiment d’échec pis on sera insatisfait. Pis être insatisfait et tout avoir, c’est incompatible (voir réflexion 1).

Alors, pour arriver à tout avoir, faut se calmer les ardeurs un ti-peu.   Tsé, oui, on peut tout avoir, mais à 76.7% ou à 85.3333333%.  Pis me semble que de même, on a plus de chances d’y arriver, vous trouvez pas?

En tout cas, j’sais pas pour vous mais moi, j’aime mieux être pas mal heureux partout que d’être juste heureux à 100% quelque part, pis malheureux partout ailleurs.

Réflexion 3 – Pour tout avoir, faut faire des choix.

Hum, dit de même, ça sonne comme le contraire de tout avoir ça, non? Oui, peut-être un peu.

Mais si on veut tout avoir (même en partie), faut faire des choix. Et faire des choix, implique des conséquences.  Si on dit oui à quelque chose, faut dire non à autre chose.

Tout avoir a un prix, faut être sûr qu’on est prêt à le payer.

Réflexion 4: pour tout avoir, faut y croire, pis agir.

Peu importe les désirs les plus fous, si on y croit pas, on y arrivera jamais.

Mais peu importe les désirs les plus fous, si on n’agit pas, on y arrivera jamais non plus.

Alors, pour tout avoir, faut faire l’action vers ce qu’on veut. Pis ça on l’oublie souvent.

J’en profite donc pour reploguer mon texte : Mes 5 méga super étapes pour tenir une résolution. Ça aide à se bouger le popotin.

Réflexion 5 : Pour tout avoir, faut d’abord définir c’est quoi, tout avoir.

Bon, j’avoue, cette réflexion aurait dû être en numéro 1.  Mais bon, c’est la 5.

Si demain vous vous retrouvez avec tout ce que MOI je veux, qu’est-ce qui va se passer? Oui, je serai jaloux c’est sûr… Mais c’est pas de ça que je parle.  Vous, vous serez probablement malheureux.  Parce que ce ne sera pas ce que VOUS, vous voulez.

Alors pour un jour tout avoir, faut décider c’est quoi, pour soi, tout avoir. Pour soi. Pas pour les autres. Pas non plus ce qu’on pense qu’on devrait vouloir. Ou ce qu’on nous dit qu’il faut vouloir.

Faut savoir ce qu’on veut. Vraiment.  Au plus profond de notre nous-même. Euh, de notre moi-même… Shit, non, de notre soi-même. En tout cas, de c’t’affaire-là, là.

Et, savoir ce qu’on veut vraiment, ça a l’air ben simple de même. Mais c’est probablement la partie la plus dure, vous trouvez pas?

Réflexion 5 1/2- 

Bon, la 5 1/2, c’est pas une réflexion, c’est une question qui découle de la réflexion 5…  Une question que je veux vous poser. Parce que je suis curieux de savoir…

Vous, chers lecteurs, que voulez-vous? Vraiment.

Le savez-vous?  Juste pour le fun, posez-vous donc la question tout haut, pour voir. Pour voir ce que ça vous fait.  Et juste si ça vous tente, partagez-vos réflexions dans les commentaires.

Et savez-vous quoi?  Je vous lance un autre défi.  Amusez-vous donc à le demander à vos proches autour de vous.  Juste de même. Juste pour partir une conversation sur autre chose que la température. Juste parce que c’est le fun de découvrir qui sont les gens autour de nous.

On sait jamais, vous pourriez être surpris.  Tant de vos propres réponses que de celles des autres.

Et, je vous promets.  Si vous me posez la question la prochaine fois qu’on se voit, je vous réponds.

_________________________________________________________

Vous voulez partir la conversation avec d’autres?  Partagez-mon texte si vous l’avez aimé.

Et abonnez-vous à mon site en haut à gauche pour être au courant des derniers articles.

SarahRichterArt / Pixabay

Commentaires

  1. Ce que je veux vraiment ? C’est de continuer à être heureuse comme je le suis maintenant. J’aime ma vie bon ! Je m’épanouis dans mon travail et à la maison, j’ai un mari extraordinaire avec qui j’ai du plaisir à profusion, j’ai une adolescente merveilleuse et de qui je suis très fière. Quoi demander de plus ? Être riche ? Ma richesse je l’ai bien ailleurs…

    1. Tout. C’est déjà beaucoup trop pour moi. Tout ce que je veux en fait, c’est le bonheur. Et le bonheur, je le veux dans toutes les sphères de vie. Je veux une chose : bonheur. Partout, dans toute ma vie : au repos, au boulot et dans les loisirs! Je suis tout le contraire de ta réflexion deux qui propose de tout avoir mais pas partout. Avoir tout, c’est beaucoup trop de projet à gérer. J’aime les choses simples et la simplicité des choses. C’est bien ordinaire de vouloir que du bonheur. Mais ça va me faire tellement de bien que ça sera tout. Mon tout à moi.

      1. Ah Chantal. J’aime ce que tu écris. Comme toujours, ta sagesse transparaît… Merci pour ton commentaire. Tout, c’est vrai que c’est beaucoup. Et tout comme toi, le bonheur partout est mon objectif. Mon point 2 se voulait ça un peu aussi. 🙂 tout avoir, en équilibre. Juste assez de bonheur, partout. D’après moi, on se rejoint pas mal, héhéhé.

    2. Merci Julie de l’avoir partagé. C’est bon ça. Des fois, toute avoir, c’est avoir juste ce qu’il nous faut. Pas toujours besoin de plus, et encore plus, et encore plus. 🙂

Commentez :)