Comment un écureuil peut changer notre vision du monde

Dans Les p'tites vites by Yannick Dion1 Comment

J’haïs viscéralement les écureuils. Autant que les pigeons alors c’est pas peu dire.

Pour moi, les écureuils, c’est juste des rats avec une belle queue.

Bon, c’est dit.

Mais, regardez celui-ci. J’ai pris cette photo lors de LA tempête du siècle. Tsé celle où on a tant PELTER. Oui oui, celle-là dont on se souvient à peine dejà.
20130117-215735.jpg
Toujours est-il que quand je l’ai vu, les petites pattes recroquevillées sous son petit corps, tentant désespérément de se protéger du vent, de la neige et des bêtises que criaient les gens sur facebook à propos de la tempête, ben je me suis dit :

« Yannick, sort ta carabine à plomb pis …. »

Ben non, j’ai pas de carabine à plomb! Pis de toutes façon, j’aurais jamais fait ça, vous savez ben.

« Mais kessé que tu t’es dit d’abord? » vous entends-je vous dire.

Ben je me suis dit les dents serrées : « Bien fait pour toi mon ti-maudit! C’est toi qui a fouillé dans nos bacs de plante tout l’été non? Bien mérité tiens. Tu t’es pas engraissé pour rien. »

Voilà.

Je suis pas fier mais c’est ça ce que je me suis dit pareil.

Parce que relisez ma première phrase. C’est ça. Je les haïs les écureuils.

Après quelques minutes à l’observer (et l’haïr) de ma cuisine, j’ai remarqué qu’en restant accroché de même à son arbre sec déguisé en poteau de téléphone, ben y se protégeait vraiment de la tempête.

Ça faisait la job!

J’ai comme pas pu m’empêcher de le trouver pas si pire intelligent finalement.

Pis, à force de le voir se faire fouetter le toupette par la neige, j’ai commencé à le trouver pas mal courageux aussi…

En tout cas, plus courageux que moi qui restait les fesses au chaud pis qui voulait même pas sortir mettre le nez dehors…

Et sincèrement, pas mal plus tough que moi aussi.

Sérieux, je ne survivrais jamais de même à un poteau, moi.

Faque finalement, fallait bien que je me rende à l’évidence : j’avais devant moi un petit être assez futé, courageux et pas mal ingénieux.

Soupir.

Après m’être dit ça, je peux comme pu haïr les écureuils!

Ben en tout cas, pu vraiment pis pu autant.

Pis si je suis capable de changer d’avis sur les écureuils, je peux sûrement le faire ailleurs…

Tsé, comme genre avec certaines personnes avec qui j’ai moins d’atomes crochus…

Je pourrais juste essayer de les voir un peu plus comme cet écureuil…

Parce qu’en y pensant bien, est-ce qu’on est pas tous un peu comme cet écureuil?

On essaie de se protéger des tempêtes du mieux qu’on peut, en étant créatif avec les forces qu’on a et tout ce qu’on est…

Ouin.

Je sais pas, me semble qu’après, la personne va me tomber un peu moins sur les nerfs, non?

Anyway, ça vaut la peine d’essayer.

Alors, j’ose vous lancer un défi: qui ose se mouiller dans les commentaires et s’engage à se trouver un « écureuil » au moins une fois cette semaine?
___________________________________________
Vous aimez mes textes?
Vous pouvez vous abonner en haut en gauche pour recevoir des notifications par courriel lorsque j’en ponds des nouveaux.
De plus, n’hésitez pas à partager à vos amis via les boutons Facebook ou autre. Merci!

Commentaires

  1. Pingback: Quoi faire pour passer à l’action quand t’as trop de trucs à faire « Ma tête, cette drôle de place.

Commentez :)